Actualités

Risques de change : comment protéger son entreprise active à l’internationale

S’il existe plusieurs sortes de risques de change, les PME et ETI se retrouvent le plus souvent face à l’un deux en particulier : le risque de change transactionnel. « Il apparaît au moment où une entreprise doit acheter ou vendre des biens ou des services dans une autre devise que la sienne », explique Florence Saliba, présidente de l’Association française des trésoriers d’entreprise (AFTE).

Comme les cours des devises sont volatils, la société se retrouve à la merci d’une variation du taux de change entre le moment de l’achat ou de la vente et celui de l’émission ou de la réception de la facture.

« Une entreprise importatrice est exposée à une appréciation de la devise étrangère, et un exportateur à une dépréciation de celle-ci », précise Sébastien Oum, président d’Ambriva, un cabinet de conseil spécialisé en solutions et services de change et de la Fintech Yseulis, société automatisant la gestion de la trésorerie devise et couvertures de change.

Figer le cour de change pour une durée donnée !

Heureusement, il existe des moyens de se prémunir contre le risque de change, comme le contrat à terme fixe ou Flexiterme. « Il s’agit d’un contrat avec une banque, qui permet de figer pour une période déterminée le cours de change auquel l’entreprise achète ou vend ses devises », détaille Florence Saliba, qui occupe également le poste de directrice du financement et de la trésorerie chez Danone. En échange, la banque vend les devises à la société un peu plus chères que le prix de marché.

Parlons PME est un site édité par BNP Paribas qui a pour vocation de vous apporter le meilleur du web sur les PME, retrouvez la totalité de l’article dans la rubrique International sur :

https://www.parlonspme.fr/1306175-risque-de-change-comment-proteger-son-entreprise

Pour contacter un trésorier devise, expert indépendant en gestion des risques de change : 01 84 16 72 84

Risque de change : comment préserver son entreprise ?

Les entreprises réalisant des opérations internationales peuvent pâtir de la chute d’une monnaie. Différents outils permettent de maîtriser ce risque.

L’Argentine traverse une grave crise monétaire : la valeur de sa monnaie, le  Peso argentin, a été divisée par deux depuis le 1er janvier .

Même le Franc suisse (CHF), la devise que l’on pensait la plus stable a dévissé après le soutien de la BNS. Ces événemens mettent en exergue le risque de change et que celui peut devenir réalité à tout…

Pour lire l’interview croisé entre Florence Saliba, Présidente de l’AFTE, Directrice financement et trésorerie groupe de DANONE et notre Président Sébastien Oum en entier sur le magazine LES ECHOS :

https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/gestion-finance/0302359569051-risque-de-change-comment-preserver-son-entreprise-324253.php

Pour contacter un Trésorier devise, expert indépendant en gestion des risques de change  : 01 84 16 72 84

L’arme monétaire au cœur de la guerre commerciale – L’Europe doit agir ! | Point de vue sur EURONEWS

Depuis le 23 mars dernier, la Chine et les États-Unis se livrent une guerre commerciale à grands renforts de déclarations polémiques et de barrières douanières. Loin du maelström politico-médiatique, ce bras de fer entre les deux premières puissances économiques mondiales se joue aussi de façon plus discrète sur le front monétaire. Détentrice de la deuxième monnaie la plus échangée au monde, l’Europe a une carte à jouer pour défendre ses entreprises, mais encore faut-il trouver les bons moyens d’action.

Choc des titans : 

Dans ce choc des titans, Pékin accuse Washington d’avoir déclenché « la plus grande guerre commerciale de l’histoire ». Côté chinois, tous les moyens sont donc bons pour s’opposer aux mesures protectionnistes américaines : le recours aux traditionnelles barrières douanières, mais également l’usage d’une arme plus discrète mais tout aussi efficace : l’arme monétaire.

Moins commentée que l’instauration des barrières douanières à l’encontre de 60 milliards de dollars de biens américains, la baisse du yuan de près de 10% face au billet vert au cours des derniers mois a pourtant permis aux exportateurs chinois de compenser l’augmentation des taxes américaines.

Baisse de la croissance :

Bien sûr, cet affrontement n’est pas sans conséquence pour l’économie mondiale. Au vu des dernières prévisions du FMI la croissance des deux pays rivaux ralentirait de -0,2% en 2019,

Retrouvez l’ensemble de ce point de vue sur la chaine pan-européenne d’actualité EURONEWS (9min) :

https://fr.euronews.com/2018/10/17/l-arme-monetaire-au-c-ur-de-la-guerre-commerciale-l-europe-doit-agir-point-de-vue

Prenez contact avec un Trésorier devise, expert indépendant dans la gestion des risques de change au 01 84 16 72 84